Ludi's Time

mardi 30 juillet 2019

Je me nomme Cité.
Je ne suis pas humaine.
Je vis dissimulée dans les profondeurs de la terre d'Islande.

Je me suis éveillée à la fin d'une de vos guerres, happée par la douleur de ceux qui avaient connu vos camps de mort. Votre pouvoir de destruction à Hiroshima et Nagasaki m'a terrifiée. J'y ai vu votre avenir : un chemin semé d'hécatombes jusqu'à votre complète extinction.

Je suis une mère, une louve pour mes enfants, mes humains appelés dans leurs rêves et transformés par mes soins. Eux seuls survivront à l'apocalypse nucléaire.

Nous sommes en 2021 et je demeure votre unique espoir.

Charlotte BONA - Editions Rroyzz - 2018 - 387 pages - 9782363721877




HAVENSELE

A nouveau, je découvre une oeuvre qui me plaît et avant de vous en parler plus en avant, je tiens particulièrement à remercier l'autrice Charlotte Bona pour sa confiance et l'envoi de son oeuvre. 

En ouvrant cette oeuvre, vous ouvrez les yeux sur une histoire bien écrite et bien ficelée. J'ai trouvé la plume parfaite pour intégrer l'histoire. Je me suis facilement immergée à l'intérieur. L'autrice a réussi à me donner du plaisir à suivre ses personnages et à découvrir le lieu où se réfugie Cité et ses enfants.

J'ai vraiment beaucoup aimé les personnages, notamment les principaux qui sont Mathilde et Thomas. Ils ont un passé compliqué qui influe sur leur présent et parfois sur leur relation qui n'est pas si simple que cela. Le monde de Thomas est différent, lui et les siens ont des pouvoirs. Et la confrontation de leurs deux mondes m'a beaucoup plu.

La Cité est agréable à découvrir tout comme la hiérarchie en son sein. Le lecteur voit la question du libre-arbitre se poser ainsi que l'intérêt d'une communauté plus grande qui passe avant l'individualité. Il s'agit d'un lieu inconnu des humains (comme Mathilde), il faut forcément en faire partie ou être en passe d'en faire partie pour y avoir accès et en avoir connaissance. Seuls une poignée triée sur le volet à le droit de sortir et entrer dans la Cité - dont Thomas - car le but est de recruter des membres afin de peupler leur population. La communauté prime sur l'individu et la hiérarchie est très importante et dominante sur ses membres. La Cité choisit ses membres avec soin et avec une bonne raison ce qui est appréciable.

Je ne pense pas avoir à ajouter grand chose si ce n'est que j'ai également beaucoup apprécié le message autour de l'urgence de nos actes sur l'environnement et notre planète (Mathilde étant climatologue et travaillant sur un projet plutôt inquiétant).

Ainsi, cette oeuvre promet une saga plaisante et non ennuyante. C'est avec plaisir que je découvrirai donc le second tome nommé Cité Blanche.

Ma dernière vidéo :

lundi 22 juillet 2019

Le temps est venu pour un nouvel ordre mondial. Les conflits armés font le bonheur des marchands de mort, membres de l'organisme qui chuchote à l'oreille des grands de ce monde. On crache sur son nom : Conglomérat, tout comme on s'incline face à son gigantisme.
Des cendres des Etats-Unis est née la Fédération, amalgame de quatorze Districts gouvernés par la despotique et non moins sulfureuse Présidente Erika Lawson. Face à la rébellion qui fait rage, celle-ci doit prendre des mesures drastiques.
Le Conglomérat se rencontre à l'occasion d'un nouveau sommet. Il décide de lui fournir l'avenir. Cyborgs de guerre ou machines douées d'une âme humaine, le nom de ces créatures reste incertain. Une chose est certaine : ce sont des Vipers. 
Car tous sont membres du Project Black Viper.

Ellen Raven MARTIN - Editions ERA - 2017 - 388 pages - 9782956116400




PROJECT VIPER : RISING

Avant toute chose, je tiens à remercier chaleureusement l'autrice Ellen Raven MARTIN qui m'a envoyé son oeuvre en toute confiance. Le lecteur plonge dans un univers sombre et prenant, mêlant manipulations, pouvoirs politiques et rébellions.

Nous nous retrouvons ici dans un univers cyberpunk délibérément sombre et cruel. Une première pour moi ! Et j'ai adoré ! Nous découvrons différentes castes avec la Fédération et la Rébellion, toutes deux ennemis. Du côté de la Fédération, c'est le Conglomérat qui règne. Un endroit où seul le porte-monnaie et les relations comptent vraiment. C'est de là que le Project Viper commence... Et quoi de mieux que de se servir chez les plus pauvres et les ennemis quand il y a besoin de faire des expériences humaines ?

Tout au long de notre lecture, nous ne savons pas trop où nous allons. Le Project Viper n'est pas vraiment clair au début puisque nous savons juste ce que souhaite Aryan Turner (un homme d'affaires très puissant, respecté et jalousé) et les méthodes employées pour deux des Vipers futurs.

Concernant les personnages, je les ai particulièrement apprécié, notamment Zeera malgré qu'elle soit folle, mauvaise et sans états d'âme. Il s'agit d'un personnage féminin fort tout comme Eva Ferdinand que nous voyons moins. Zeera est le genre de femme qui fait peur mais qui attire irrémédiablement les hommes, physiquement parlant.

Zeera est une des scientifiques qui font les expériences humaines afin d'assouvir le désir d'Aryan Turner. Ainsi, nous découvrons Skylar et Blayne qui ne sont pas logés à la même enseigne. Blayne se voit devenir un Viper sous la direction de Zeera. Elle a beau être forte, elle y va doucement avec lui. Mais Skylar se voit attribué à un autre scientifique qui n'y va pas de main morte. Il se voit déshumanisé, affaibli autant physiquement que moralement, son expérience est malsaine et inhumaine. Malgré cela, il reste un personnage fort qui va se relever et dont j'ai hâte de connaître la suite de son parcours.

Dans cet univers cyberpunk, vous vous en doutez bien, les personnages sont plus qu'humains pour certains. Le but du Project Viper est d'assouvir des hommes forts qui serviront et voueront leurs vies à Aryan Turner. Les humains ayant choisis de modifier une ou plusieurs parties de leurs corps dans le but d'une amélioration sont des augmentés. Zeera par exemple a des yeux qui lui permettent de connaître certaines choses sur les personnes qu'elle croise. Et les futurs Viper seront tous des augmentés avec chacun leurs propres particularités.

Pour ce qui est de la plume, je l'ai parfois trouvé trop simple mais je me suis vite habituée et j'ai fini par être conquise. C'est tout-à-fait une plume qui me parle et qui m'aide à imager les scènes. J'ai donc été conquise par cet univers où une chronique ne suffit vraiment pas pour tout dire. Il est question de tellement de choses : pouvoir, politique, coups bas, rébellion...

Je vous conseille donc cette lecture avec grand plaisir, tout en faisant attention à certaines scènes qui peuvent être dérangeantes pour les personnes sensibles. Il s'agit d'une très bonne lecture, accessible et qui se lit très vite. J'ai vraiment hâte de découvrir le second tome que l'autrice m'a envoyé avec beaucoup de générosité.

Ma dernière vidéo :



jeudi 27 juin 2019

Après avoir quitté une Terre mourante du fait des erreurs de nos sociétés, l'Arche, premier vaisseau à coloniser une exoplanète, arrive au bout d'un long voyage de 80 ans. Les colons sortent de leurs caissons cryogéniques et découvrent ce qui doit devenir un nouveau commencement pour l'humanité. Une nouvelle planète, un monde principalement végétal baptisé Eden. Les surprises se cumulent vite : la surface abrite une espèce primitive mais intelligente, des ruines prouvent l'existence de civilisations passées avancées, le système climatique obéit à des règles très particulières. Mais malgré tout cela, la colonisation commence de manière somme toute classique, avec les traditionnelles oppositions entre militaires, scientifiques, civils.

Mais tout change avec l'arrivée d'un nouveau joueur : un second vaisseau spatial arrive, quelques mois seulement après l'Arche. A son bord, des Terriens partis 60 ans plus tard, bénéficiant d'une technologie plus aboutie, et eux même fortement modifiés génétiquement. Capables de se synchroniser et de communiquer télépathiquement entre eux, ils sont devenus une espèce fondamentalement collectiviste, que tout oppose aux traditionnels Terriens individualistes de l'Arche. Les deux peuples essaient dans une premier temps de cohabiter et d'apprendre les uns des autres, mais les obstacles rencontrés, le passé de la planète qui s'avère beaucoup plus riche et mystérieux que prévu, vont rapidement augmenter les tensions. Eden représente-t-il un nouvel espoir, ou au contraire la fin d'une civilisation ?

Guy-Roger DUVERT - 2019 -313 pages - 9781794329898



OUTSPHERE

Avant de commencer cette chronique, je tiens particulièrement à remercier l'auteur Guy-Roger DUVERT pour l'envoi de son livre et sa confiance. Grâce à lui, j'ai pu passer un excellent moment et découvrir un récit prenant. Avec Outsphere, le lecteur entre dans un univers qui ne s'éloigne pas tant que ça de ce qui pourrait nous arriver réellement. Après tout, qui est capable de savoir ce que l'avenir nous réserve ?

Il s'agit d'une oeuvre dirigée avec plusieurs points de vues. L'auteur a commencé fort avec un coup de pression certain lors de la première arrivée sur Eden. Tout au long de sa lecture, le lecteur se questionne. 

L'auteur a une plume parfaite mêlant simplicité et termes spécifiques. Ainsi, la lecture est fluide et prenante pour le lecteur qui n'a aucun mal à visualiser des images, ce qui est plaisant. L'intrigue entremêle diverses petites histoires qui s’imbriquent les unes dans les autres permettant ainsi pour le lecteur de jouir de plusieurs points de vues, attisant toujours plus le suspense.

Les personnages sont relativement nombreux, toutefois des catégories précises ressortent : militaires, scientifiques et civils chez les humains de l'Arche face à ceux d'Utopia. La synchronisation et le fonctionnement de la société de l'Utopia est fascinante et terrifiante à la fois. Le mensonge leur est inconnu, l'individualité également, ce qui pousse le lecteur à suspecter un futur peut-être chaotique entre les deux clans. Les plus récurrents sont charismatiques et attachants à leur manière. Il est intéressant de voir que l'absence de dialogue dans cette oeuvre porte à séparer un groupe pourtant uni au départ.

L'atmosphère de cette oeuvre n'y aide en rien. En effet, les nouveaux arrivants font face à de nombreux événements freinant la colonisation d'Eden. Entre phénomènes météorologiques difficiles, auto-combustions inexplicables, grippes, espèce primitive inquiétante et découvertes terrifiantes dans certaines zones, les nouveaux venus ne sont pas au bout de leur surprise. 

L'auteur a su garder en alerte son lecteur du début à la fin. Ce premier tome met en place l'univers ainsi que les personnages et leurs caractéristiques promettant un second tome attendu avec impatience. Cette oeuvre est pleine de rebondissements et de suspense. Ce n'est peut-être pas la plus originale de son genre mais elle reste agréable, captivante et parfaite dans son genre

J'ai découvert, aimé et validé cette lecture ! Je la conseille aisément aux adeptes de science-fiction et space opera comme la saga The 100 par exemple.

Ma dernière vidéo :

mercredi 5 juin 2019

UN AUTRE MONDE VOUS ATTEND, LA,
DE L'AUTRE CÔTÉ DU MUR...

Kell est un magicien de sang, un sorcier capable de voyager d'un monde à l'autre. Des mondes, il y en a quatre, dont Londres est, à chaque fois, le cœur et l'âme. Le nôtre est gris. Le deuxième, rouge, déborde de magie. Dans le blanc, elle s'est faite bien trop rare quand, dans le noir, elle a tout dévoré. Et le fléau s'apprête à contaminer chacun des univers jusqu'au dernier - ce n'est qu'un question de temps...

Car les ténèbres ont déjà commencé à s'étendre sur le flamboyant Londres rouge. Les habitants en sont réduits à choisir entre céder aux sirènes dévastatrices de la magie et entamer contre elle une lutte désespérée jusqu'à la mort. Si Kell semble immunisé contre le poison qui gangrène son royaume, la fin le guette, lui aussi... à moins que des alliés inattendus ne le rejoignent dans la bataille. A commencer bien spur par Lila, qui ne raterait pour rien au monde une occasion de partir à l'aventure et faire étalage de sa puissance. Mais, aussi intrépides qu'ils soient, comment de simples magiciens pourraient-ils faire le poids face à l'incarnation même de la magie ?

V.E. SCHWAB - Editions Lumen - 2018 - 761 pages




SHADES OF LIGHT

Dans ce troisième et ultime tome de la sage Shades of Magic, le lecteur entre dans un univers plus sombres que les précédents.

J'aime toujours autant les personnages de Kell et Lila qui restent mes favoris. L'évolution de Lila me plaît beaucoup ainsi que celle du personnage de Rhy. Ce dernier est vraiment mis en lumière dans ce tome. L'autrice montre la force d'un être humain sans pouvoir : la force de sa volonté pour son peuple et ceux qu'il aime.

Avec ce tome, la saga se termine en beauté. Les pages se tournent toutes seules, le lecteur est happé du début à la fin par l'intrigue. Nous nous attachons aux personnages, et nous suivons leurs péripéties avec plaisir !

Ainsi, j'ai vraiment adoré cet univers, ces personnages et les différentes atmosphères créées par l'autrice. C'était une histoire addictive dont la lecture m'a fait beaucoup de bien.

Ma dernière vidéo :


jeudi 30 mai 2019

LES COMMANDEMENTS DU FAUCHEUR.

Tu tueras.
Tu tueras sans aucun parti pris, sans sectarisme et sans préméditation.
Tu accorderas une année d'immunité à la famille de ceux qui ont accepté ta venue.
Tu tueras la famille de ceux qui t'ont résisté.

Neal SHUSTERMAN - Editions Robert Laffont - Collection R - 2017 - 493 pages - 9782221198674



LA FAUCHEUSE 

Il s'agit de ma première expérience avec cet auteur et je ne regrette pas du tout. Si vous voulez tout savoir, le second tome m'attend déjà dans ma PAL !

Le lecteur entre ici dans un univers original dans son genre : imaginez-vous, vous êtes dans le futur. L'être humain a trouvé le moyen de vaincre la mort mais un problème subsiste alors. La population augmente sans jamais s'arrêter. Le moyen est tout trouvé, vous allez engager des tueurs professionnels qui choisiront eux-mêmes leurs victimes afin de réguler la population. Tout cela avec certaines règles bien sûr.

Cette oeuvre de Neal Shusterman plonge le lecteur aux côtés de bons personnages avec certains attachants quand d'autres sont plus intrigants. Il s'agit également d'une histoire bien ficelée avec une bonne atmosphère, bien travaillée autour de ce sujet. Il s'agit vraiment d'une histoire à l'opposé de ce que l'on connaît ce qui donne une impression étrange au début, mais le lecteur s'y fait rapidement.

En effet, l'être humain à réussi à vaincre la mort, il n'y a plus de suicides possibles, plus d'accidents, plus de meurtres puisque si quiconque s'y tente, il reviendra à la vie. Il n'y a ainsi plus vraiment la peur de la mort puisque la seule chose qui peut réellement les tuer est une guilde de Faucheurs agissant sous des règles mais étant au dessus de tout quand même.

Tout au long de ce premier tome, l'auteur intègre le lecteur à son univers. La question de l'immortalité se pose : que faire contre la surpopulation si ce n'est embaucher des Faucheurs ? Est-ce vraiment une bonne chose de vivre éternellement et de ne pas avoir le choix de sa mort finalement ? Est-ce que cela rend vraiment le monde meilleur ?

Les pages se tournent d'elles-mêmes. Il s'agit d'une très bonne lecture dont il me tarde de découvrir le second tome !

Ma dernière vidéo :

Follow Me @ludivine_cutie