jeudi 28 juin 2018

Grace vit dans une petite ville américaine, aux abords d'une forêt. Son enfance a été marquée par l'irruption d'une meute de loups qui l'a attaquée. L'un des animaux l'a sauvée et depuis, un lien étrange s'est établi entre la jeune fille et ce loup. Ombre à la fois protectrice et inquiétante, il rôde autour de la maison isolée.
La mort brutale d'un élève du lycée de Grace déclenche une réaction violente : la ville entière crie au loup, et lance des chasseurs à travers la forêt. Tous les animaux ne parviennent pas à échapper aux balles... et le loup de Grace est touché.
Quelques heures plus tard, Grace retrouve sur le pas de sa porte un jeune homme, blessé, et étrangement familier...


Auteur : Maggie Stiefvater
Edition : France Loisirs
Parution : 2012
Pages : 478
ISBN : 978-2-298-04381-5




FRISSON




Je commence une nouvelle saga fraîchement acquise au grand complet. De cette façon, je m'en veux moins d'en commencer une nouvelle. Je vous présente donc Frisson le premier tome de la saga Les loups de Mercy Falls de Maggie Stiefvater.

Nous entrons ici dans un univers fantastique. Bienvenue à Mercy Falls, ville longée par une forêt abritant des loups-garous. Le lecteur va suivre Grace qui vit chez ses parents à la lisière de cette forêt. Petite, elle a subit une attaque de loup d'où elle a réchappé. Six ans plus tard, Grace voit chaque hiver "son loup" près de son jardin. Quand finalement, il se fait tirer dessus suite à une chasse au loup, elle le découvre inconscient sur sa terrasse.

Le lecteur voit grandir une romance entre deux adolescents qui savent d'avance que leur temps est compté. Plus le temps passe et plus l'ombre de leur séparation plane sur eux.

Concernant Grace, c'est un personnage plutôt mûre pour son âge -17 ans- et tombe amoureuse de Sam, loup-garou l'hiver, humain l'été. Ce sont deux personnages très attachants et émouvants. Ils ont beaux être très jeunes, leurs expériences les ont rendus matures avant l'heure. Effectivement, Grace a des parents totalement absents, elle doit même s'occuper de leur faire à manger en plus de ses devoirs. Quant à Sam, ses parents sont en prison suite aux sévices qu'ils lui ont infligés lorsqu'il était jeune. Ce ne sont que deux tourtereaux ne demandant que la liberté de pouvoir s'aimer, Sam allant droit vers sa dernière transformation. Leur innocence et leur envie de bien faire les rendent attendrissants.

Dans ce livre, le récit est simple et la trame intéressante. L'univers est basique avec des loups-garous mais la façon dont ces derniers se transforment est différente et originale. Et pour cause, ici, les loups-garous se transforment en fonction de la température, plus il fait froid et plus ils restent loups. La différence de point de vue est bonne à noter également, nous suivons Sam et Grace et au début de chaque chapitre, la température est annoncée augmentant encore un peu plus la pression du temps qui passe chez le lecteur.

Il s'agit ici d'une lecture simple qui aurait pu être le coup de cœur si j'avais encore quinze ans. Il me tarde tout de même de découvrir la suite et de retrouver ces deux personnages !


Ma dernière vidéo :


mercredi 20 juin 2018

"Je n'ai vraiment pas de bol : il aura suffi d'une morsure, d'une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu'il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de se pointer pour s'enterrer dans mon jardin sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d'avant, tranquille et... ennuyeuse à mourir."


Auteur : Sophie Jomain
Edition : J'ai lu
Parution : 2014
Pages : 318
ISBN : 978-2-290-07242-4




LES ANGES MORDENT AUSSI



Qui n'a pas déjà entendu parler de la célèbre autrice Sophie Jomain ? Et qui n'en a pas encore lu un ? Je suis fière de dire que je ne fais plus partie de cette dernière catégorie et il était temps. Je ressors agréablement surprise de cette lecture.

Tout commence quand en rentrant d'une soirée bien arrosée, Felicity et sa collègue découvre le cadavre du coloc de cette dernière vidée de son sang. Felicity connaît l'existence des vampires et pour cause, sa tante en est une. Sa mère est décédée et son père l'a lâchement abandonné quand il a sut qu'il aurait une progéniture. Je soupçonne d'ailleurs ce dernier de ne pas être humain, et d'avoir une grande importance pour les tomes suivants mais ça, je ne le saurai pas avant de les avoir lu. Le lecteur se retrouve ici plongé dans un univers fantastique où Felicity passe d'un monde normal (ou presque) à un monde totalement surnaturel en à peine quelques jours, avec les créatures qui y sont associées : vampires, anges, démons, semi-démons... Bienvenue dans la petite ville nommée Bath à 3 heures de routes de Londres !

Concernant les personnages, je les ai trouvés très attachants et surtout attrayants. Je vous avoue avoir un petit penchant pour Felicity et Stanislas, j'ai d'ailleurs très hâte de voir l'évolution de leur relation. Ce sont des personnages vraiment fabuleux et tous ont leur propre personnalité. Felicity est plutôt la femme assez jolie  qui vit seule dans une maison héritée de sa mère au beau milieu de la campagne. Ses réactions face aux événements qui lui arrivent sont hilarantes (je garde un bon souvenir de sa discussion sans queue ni tête avec son voisin qui ne voyait pas les deux anges juste à côté d'eux). Elle est le personnage central, celui qui sort du lot, elle a le sang le plus rare mais pas seulement, elle semble immunisée contre les pouvoirs hypnotiques des vampires et peut intercepter un appel de Dieu avec un ange. A ses côtés, le lecteur découvre Daphné sa collègue devenue coloc. Cette dernière apporte de l'humour et de la légèreté au récit notamment avec sa façon de répliquer et réagir aux événements. Ensuite, apparaît Terrence : flic qui enquête sur le meurtre du coloc et s'avère être un ange venu réguler la population vampires si ces derniers ne se tiennent pas à carreaux. Enfin, vient Stanislas, le beau-gosse surnommé "Monsieur-J'ai-Des-Cheveux-Longs-Et-Je-Suis-Bien-Trop-Beau-Pour-Etre-Vrai. Au début, le lecteur ne sait pas vraiment comment aborder ce personnage, puis il comprend comment le personnage fonctionne et la fin me donne espoir pour lui.

Pour ce qui est de la plume, je l'ai trouvé très légère. L'autrice rend les situations drôles en intégrant beaucoup de comique ce qui rend la lecture très aisée et rapide. Le récit est très dynamique et rythmé. La plume rend la lecture complètement addict au livre. Je suis d'ailleurs très déçue de ne pas avoir la suite à lire maintenant ! Le seul bémol m'empêchant de voir un tableau impeccable est certainement le rapport au sexe (très présent dans ce tome, sachez-le). Que le sexe soit omniprésent dans une oeuvre ne me gène absolument pas, ce qui me dérange c'est plutôt la façon dont les choses sont abordées. Une certaine immaturité chez les personnages m'a fait tiqué plusieurs fois. En effet, le lecteur à face à lui des personnages qui se parlent parfois comme s'ils se connaissaient de longue date (ce qui n'est pas le cas), et le rentre dedans très brut de décoffrage laisse parfois à désirer. Un exemple tout simple, quand le flic touche carrément Felicity alors qu'ils ne se connaissent pas. Il la dévore des yeux et malheureusement, en lisant ce livre, les plus crédules pourraient penser que tous les mecs ne pensent qu'à ça (sexe, sexe, sexe!). Une remarque m'a particulièrement dérangé quand Terrence arrive chez Felicity un matin et qu'il s'énerve contre elle, la seule chose qu'il trouve à dire : "Je vais te faire l'amour. Ça me calmera." Il n'y a que moi que ça choque ? Non, tu ne fais pas l'amour juste pour toi, mais pour le plaisir de ta partenaire également et surtout si elle en a envie! Jamais dans ce livre, Felicity fait l'amour pour son plaisir à elle j'ai l'impression. L'autrice parle d'ailleurs très peu de l'envie et du désir de la femme. Le lecteur a quelques échos avec Daphné mais c'est tout. J'espère ne pas ravoir ce ressenti en lisant les tomes suivants.

Avec cette oeuvre, Sophie Jomain m'a donné très envie de lire la suite mais également de relire Les Vampires de Chicago de Chloé Neill. Tout le long de ma lecture, je n'ai pu m'empêcher de comparer les deux et de me dire que celui-ci me faisait beaucoup penser à l'autre.


Ma dernière vidéo :

mercredi 13 juin 2018

Le Monde Obscur est en émoi depuis le meurtre mystérieux d'un loup-garou survenu devant le Hunter's Moon. Du côté des Chasseurs d'Ombres, Valentin est de retour et une guerre sanglante se prépare. Pris dans la tourmente des événements, Clary et Jace se lancent à corps perdu dans la lutte sans merci qui oppose les défenseurs du bien aux forces du mal. Un combat qui les mènera des souterrains de la Cité Silencieuse aux eaux sombres de l'East River.


Auteur : Cassandra Clare
Edition : Pocket Jeunesse
Parution : 2012
Pages : 524
ISBN : 978-2-266-24430-5




LA CITE DES CENDRES



C'est avec joie que je vous retrouve pour une suite de saga, aujourd'hui nous verrons ce que j'ai pensé du second tome de The Mortal Instruments : La Cité des Cendres. Soyons clair, cela  faisait tellement longtemps que j'avais lu le premier tome que j'en avais quelque peu oublié les événements passés. Heureusement pour moi, entre temps, je m'étais regardé la série télévisée (pas terrible à mon humble goût), ce qui m'a permit de me rafraîchir quelque peu la mémoire !

Nous retrouvons dans ce tome l'univers magique que nous avons quittés. Toujours aussi riche, nous y découvrons même de nouvelles créatures telles que les fées que nous n'avions pas encore rencontrer mais seulement entendu parler ou certains démons tels que les Raums ou les Onis.

Je dois dire que la plume de l'auteur est très simple, facile d'accès et permet une lecture rapide de ce livre, cependant simple ne veut pas dire dénué de descriptions. Au contraire, Cassandra Clare semble avoir un petit penchant pour les créatures morbides et particulièrement ragoûtante. Les images que j'avais en tête à certains passages n'étaient pas des plus plaisantes. L'autrice utilise ici un point de vue omniscient ce qui permet au lecteur de connaître chaque protagoniste plus en profondeur (ce qu'il voit, ce qu'il ressent...).

Les protagonistes, parlons en. Nous avons grosso modo, les mêmes personnages que dans le tome précédent. L'un d'entre eux se démarque particulièrement : Simon, qui passe du gentil humain végétarien au vampire aux crocs acérés. Toujours fou amoureux de Clary, il ferait n'importe quoi pour elle, et cette dernière en profite pas mal, ce qui ma l'a rend exécrable ! Elle m'exaspère à toujours se mettre en avant, d'autant plus qu'elle se fiche pas mal de Simon et joue donc de ses sentiments. En compagnie de Jace, elle va apprendre ce dont elle est vraiment capable. En effet, le frère et la sœur ayant semblent plus puissant que bien des Chasseurs d'Ombres grâce à des dons survenus après les expériences de Valentin sur eux. Jace est capable de sauter de plusieurs étages sans rien se casser et Clary peut créer des runes ce qui s'avère bien utile dans leur combat. Nous avons un nouveau personnage, Maïa, qui s'immisce peu à peu dans le groupe. C'est une jeune lycanthrope qui se rapproche un peu trop de Simon au goût de Clary, jalouse, malgré qu'elle n'ait pas de sentiments amoureux envers lui. Tous très attachants, mon chouchou de ce livre reste Simon, fidèle à lui-même malgré sa nouvelle identité.

Le lecteur continue de tourner les pages de ce livre parce qu'il veut savoir qui, pourquoi et comment les protagonistes vont se sortir de tout cela. J'ai passé un agréable moment avec des personnages attachants et un monde que j'aimerai continuer à découvrir dans le troisième tome.


Ma dernière vidéo :


jeudi 7 juin 2018

Ambrose Young est beau comme un dieu. Le genre de physique que l'on retrouve en couverture des romances. Et Fern Taylor en connaît un rayon, elle en lit depuis ses treize ans. Mais peut-être parce qu'il est si beau, Ambrose demeure inaccessible pour une fille comme elle. Jusqu'à ce qu'il cesse de l'être... 

Nos Faces Cachées est l'histoire de cinq amis qui partent à la guerre.
L'histoire d'amour d'une jeune fille pour un garçon brisé, d'un guerrier pour une fille ordinaire.
L'histoire d'une amitié profonde, d'un héroïsme du quotidien bouleversant.
Un conte moderne qui vous rappellera qu'il existe un peu de Belle et un peu de Bête en chacun de nous...


Auteur : Amy Harmon
Edition : Robert Laffont
Parution : 2015
Pages : 434
ISBN : 978-2-221-19200-9


NOS FACES CACHÉES

Première lecture de cette autrice et j'en ressors changé, mûrit. J'ai croisé une belle leçon de vie au détour de quelques phrases malgré ma réticence au début face aux clichés et aux schémas classiques vus et revus dans le genre romancé.

Le lecteur a l'occasion de connaître ses personnages ainsi que de les voir évoluer. Ainsi, il y a Ambrose, le mec le plus populaire du lycée hyper beau gosse; Fern, simple, fade et franchement pas jolie. Paraît bien pale au côté de sa meilleure amie Rita, sublime et très remarquée. En dernier lieu, Bailey, souffrant d'une maladie grave qui rend son temps compté. Cousin de Fern, ils passent leur temps ensemble et cette dernière fait donc tout ce qu'il est incapable de le faire (autrement dit tout) sans pour autant le voir comme une corvée.

Le début du récit sert à s'approprier les protagonistes et leur environnement. La suite commence lors d'un événement important. De cet événement naîtra réellement le fil de l'histoire. Il s'agit ici du 11 septembre 2001, journée marquante pour eux notamment pour Ambrose qui prendra la plus grande décision de sa vie : se mettre au service de sa patrie en entrant dans l'armée. Ses amis le suivent et les voilà parti en Irak.
Le retour est brutal pour les habitants de la petite bourgade d'où les cinq amis viennent mais également pour Ambrose qui vit un choc et un changement tout autant physique que moral. Il va alors se réfugier auprès de Fern, une personne auparavant transparente à ses yeux mais qui dorénavant fait rayonné son monde.

Avec leur histoire, nos protagonistes vont apprendre au lecteur à vivre le présent du mieux possible malgré les difficultés. Bailey notamment est une force de la nature et offre une leçon de vie époustouflante. Courageux, il ne se voile pas la face face à sa vie considérablement raccourci dés sa naissance. Il ne se plaint jamais mais supporte toujours les autres.

L'autrice entame des sujets très délicat dans son oeuvre qui peuvent être mal considérés si c'est mal fait. Heureusement, Amy Harmon émet beaucoup de justesse malgré la dureté des propos.

Je vous laisse donc découvrir à votre tour un tourbillon de sentiments et d'émotions : tristesse, effroi, injustice, joie, amour, amitié, peur... au travers de cette oeuvre auto-éditée !

Follow Me @ludivine_cutie