mercredi 20 juin 2018

Chronique | Felicity Atcock

"Je n'ai vraiment pas de bol : il aura suffi d'une morsure, d'une seule, pour que je me retrouve embarquée dans une histoire sans queue ni tête. Je ne sais pas exactement comment ça a commencé, et je ne sais pas non plus de quelle manière tout cela va finir. Quoi qu'il en soit, celui qui fera en sorte que les jeunes vampires arrêtent de se pointer pour s'enterrer dans mon jardin sera mon héros. Et si en plus il est beau, riche et intelligent, je ne me plaindrai pas ! Je veux retrouver ma vie d'avant, tranquille et... ennuyeuse à mourir."


Auteur : Sophie Jomain
Edition : J'ai lu
Parution : 2014
Pages : 318
ISBN : 978-2-290-07242-4




LES ANGES MORDENT AUSSI



Qui n'a pas déjà entendu parler de la célèbre autrice Sophie Jomain ? Et qui n'en a pas encore lu un ? Je suis fière de dire que je ne fais plus partie de cette dernière catégorie et il était temps. Je ressors agréablement surprise de cette lecture.

Tout commence quand en rentrant d'une soirée bien arrosée, Felicity et sa collègue découvre le cadavre du coloc de cette dernière vidée de son sang. Felicity connaît l'existence des vampires et pour cause, sa tante en est une. Sa mère est décédée et son père l'a lâchement abandonné quand il a sut qu'il aurait une progéniture. Je soupçonne d'ailleurs ce dernier de ne pas être humain, et d'avoir une grande importance pour les tomes suivants mais ça, je ne le saurai pas avant de les avoir lu. Le lecteur se retrouve ici plongé dans un univers fantastique où Felicity passe d'un monde normal (ou presque) à un monde totalement surnaturel en à peine quelques jours, avec les créatures qui y sont associées : vampires, anges, démons, semi-démons... Bienvenue dans la petite ville nommée Bath à 3 heures de routes de Londres !

Concernant les personnages, je les ai trouvés très attachants et surtout attrayants. Je vous avoue avoir un petit penchant pour Felicity et Stanislas, j'ai d'ailleurs très hâte de voir l'évolution de leur relation. Ce sont des personnages vraiment fabuleux et tous ont leur propre personnalité. Felicity est plutôt la femme assez jolie  qui vit seule dans une maison héritée de sa mère au beau milieu de la campagne. Ses réactions face aux événements qui lui arrivent sont hilarantes (je garde un bon souvenir de sa discussion sans queue ni tête avec son voisin qui ne voyait pas les deux anges juste à côté d'eux). Elle est le personnage central, celui qui sort du lot, elle a le sang le plus rare mais pas seulement, elle semble immunisée contre les pouvoirs hypnotiques des vampires et peut intercepter un appel de Dieu avec un ange. A ses côtés, le lecteur découvre Daphné sa collègue devenue coloc. Cette dernière apporte de l'humour et de la légèreté au récit notamment avec sa façon de répliquer et réagir aux événements. Ensuite, apparaît Terrence : flic qui enquête sur le meurtre du coloc et s'avère être un ange venu réguler la population vampires si ces derniers ne se tiennent pas à carreaux. Enfin, vient Stanislas, le beau-gosse surnommé "Monsieur-J'ai-Des-Cheveux-Longs-Et-Je-Suis-Bien-Trop-Beau-Pour-Etre-Vrai. Au début, le lecteur ne sait pas vraiment comment aborder ce personnage, puis il comprend comment le personnage fonctionne et la fin me donne espoir pour lui.

Pour ce qui est de la plume, je l'ai trouvé très légère. L'autrice rend les situations drôles en intégrant beaucoup de comique ce qui rend la lecture très aisée et rapide. Le récit est très dynamique et rythmé. La plume rend la lecture complètement addict au livre. Je suis d'ailleurs très déçue de ne pas avoir la suite à lire maintenant ! Le seul bémol m'empêchant de voir un tableau impeccable est certainement le rapport au sexe (très présent dans ce tome, sachez-le). Que le sexe soit omniprésent dans une oeuvre ne me gène absolument pas, ce qui me dérange c'est plutôt la façon dont les choses sont abordées. Une certaine immaturité chez les personnages m'a fait tiqué plusieurs fois. En effet, le lecteur à face à lui des personnages qui se parlent parfois comme s'ils se connaissaient de longue date (ce qui n'est pas le cas), et le rentre dedans très brut de décoffrage laisse parfois à désirer. Un exemple tout simple, quand le flic touche carrément Felicity alors qu'ils ne se connaissent pas. Il la dévore des yeux et malheureusement, en lisant ce livre, les plus crédules pourraient penser que tous les mecs ne pensent qu'à ça (sexe, sexe, sexe!). Une remarque m'a particulièrement dérangé quand Terrence arrive chez Felicity un matin et qu'il s'énerve contre elle, la seule chose qu'il trouve à dire : "Je vais te faire l'amour. Ça me calmera." Il n'y a que moi que ça choque ? Non, tu ne fais pas l'amour juste pour toi, mais pour le plaisir de ta partenaire également et surtout si elle en a envie! Jamais dans ce livre, Felicity fait l'amour pour son plaisir à elle j'ai l'impression. L'autrice parle d'ailleurs très peu de l'envie et du désir de la femme. Le lecteur a quelques échos avec Daphné mais c'est tout. J'espère ne pas ravoir ce ressenti en lisant les tomes suivants.

Avec cette oeuvre, Sophie Jomain m'a donné très envie de lire la suite mais également de relire Les Vampires de Chicago de Chloé Neill. Tout le long de ma lecture, je n'ai pu m'empêcher de comparer les deux et de me dire que celui-ci me faisait beaucoup penser à l'autre.


Ma dernière vidéo :

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow Me @ludivine_cutie