mercredi 2 novembre 2016

Chronique | Autre-Monde

Auteur : Maxime Chattam
Edition : Le Livre de Poche
Parution : 2013
Pages : 471
ISBN : 978-2-253-17358-8

Quatrième de couverture :

Imaginez un monde où la nature a repris le pouvoir, où les adultes sont redevenus sauvages et les enfants se sont assemblés en bandes pour survivre, où chaque promenade est une expédition, chaque jour passé, un exploit. Un monde recouvert par un océan de forêts, peuplé de créatures fabuleuses, traversé de courants étranges, d'énergies nouvelles. 
Un monde nouveau où trois adolescents tentent de déjouer les pièges d'une mystérieuse reine, qui a juré leur perte : Malronce. 
Oubliez tout ce que vous savez... pénétrez dans Autre-Monde.

Avis personnel :

J'ai enfin terminé le second tome de la saga Autre-Monde de Maxime Chattam. Le titre Malronce nous met directement dans le vif du sujet sans même qu'on le sache de prime abord. Autant pour le premier tome, j'avais un avis mitigé, autant avec celui-ci, la note va remonter en flèche !

Tout d'abord, parlons de l'intrigue générale. Nous retrouvons l'Alliance des Trois (Matt, Tobias et Ambre) en pleine expédition vers le Sud afin d'en apprendre plus sur cet avis de recherche portant le portrait de Matt trouvé sur un Cynick. De là, on ne va plus s'ennuyer et on va suivre nos personnages avec des paillettes pleins les yeux ! En effet, notre lecture, on la dévore du début à la fin.

Nous ne pouvons qu'avoir des paillettes pleins les yeux quand on voit avec quelle originalité, l'auteur nous conte son histoire. Nous avons tellement de scènes fantastiques et géniales. J'ai eu l'impression de replonger dans le récit de Tobbie Lolness quand nous sommes entrés dans la Forêt Aveugle. J'avais les yeux en soucoupes et tout ce que je me suis dis c'est : "C'est ce que je voulais dans ce livre !". Amis lecteurs, si vous aimez le fantastique, vous aimerez d'autant ce second opus qui franchement ne cessera de vous étonner et de vous époustouflés par tant d’ingéniosité de la part de l'auteur. Franchement, fallait l'inventer l'espèce de bateau dirigé par une méduse.

Enfin, tout au long de ce récit, nous avons une très bonne dynamique. Les péripéties s'enchaînent sans être trop lente ou trop courte, mais juste le temps qu'il faut pour assimiler et contempler le monde dans lequel nous plonge Maxime Chattam.

A retenir que l'auteur a une bonne plume, une imagination débordante et je l'espère, de plus en plus de lecteurs ;)

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Follow Me @ludivine_cutie